Existe-t-il une assurance vie transformable en assurance dépendance ?

La perte d’autonomie peut avoir de lourdes conséquences financières pour la personne concernée comme pour son entourage. Certaines assurances vie proposent l’option « dépendance » permettant d’avoir un capital en cas de nécessité. Cette option dépendance peut être mise en place lorsqu’il le souhaite, mais seulement pour les bénéficiaires qui sortent du contrat sous forme de rente viagère. Quelles sont les caractéristiques de ce type de contrat ?

Il existe différent contrat d’assurance vie :

  • – Garantie principale étant le décès : transmission du capital au bénéficiaire
  • En cas de dépendance, le souscripteur du contrat touchera une rente tous les mois calculée en fonction du capital.
  • – La garantie principale est l’épargne retraite :

Dans ce cas, le souscripteur perçoit une rente à un âge défini par le contrat même s’il n’est pas dépendant. L’assuré peut utiliser cette somme comme il le souhaite. En revanche si la personne perd son autonomie, il reçoit la rente majorée selon la valeur du contrat au moment de la dépendance.

Étant donné qu’il s’agit d’une assurance vie, si l’assuré meurt, les sommes capitalisées sont transmises aux bénéficiaires pour ces deux contrats. L’intérêt majeur des assurances vie avec option dépendance est que les fonds versés pour cotiser ne sont pas perdus. En revanche, ces contrats nécessitent une mise de fonds élevée (100 000euros) afin de percevoir une rente de 1000 euros par mois, ceci n’étant pas accessible à tous les portefeuilles…

Si vous choisissez la sortie en rente viagère, votre rente sera moins fiscalisée. Seulement une partie du montant est taxé et soumis aux prélèvements sociaux en fonction de l’âge. En cas de dépendance, l’assuré sera totalement exonéré d’impôt.

L’assurance vie avec une option dépendance semble être une bonne solution. Cependant dans la plupart des cas, elle ne marche qu’en cas de perte d’autonomie totale. De plus, il n’y a pas de formules complémentaires (aides administratives, informations…) ce qui aide beaucoup l’entourage lorsque le risque se réalise. Il y a aussi des frais d’arrérages (frais pour le versement de la rente) à hauteur de 3% ainsi qu’une surprime éventuelle en fonction de l’état de santé.