Organiser son séminaire d’entreprise : cuisine japonaise

Une idée fraîche pour l’incentive de l’année

L’incentive, cette méthode destinée à motiver les salariés, prend plusieurs formes, des chèques cadeaux aux journées en extérieur et même des voyages qui allient séances de travail à l’étranger et détente à la découverte d’un nouveau pays. Mais il est difficile d’intéresser tout le monde pour faire de bons souvenirs en choisissant des excursions trop culturelles ou au contraire trop sportives. Les cours de cuisine peuvent être une valeur sûre, mais pour être tout à fait certain de plaire à tous, il y a en ce moment un thème qui met chacun d’accord, les plus jeunes comme les plus expérimentés, les curieux comme les gourmands : la cuisine japonaise.

Une cuisine gourmande et tendance

Les sushis et makis ravissent les papilles des Français depuis plusieurs années, mais essentiellement dans les restaurants. En effet, faire cuire le riz, découper le poisson cru et rouler les makis semble en intimider plus d’un.
Pourtant, grâce à des cours, il est facile d’apprendre à faire soi-même les plats que l’on trouve le plus souvent dans les restaurants, mais aussi d’autres moins connus et malgré tout traditionnels. Grâce à cette journée conviviale, il sera possible aux salariés d’apprendre l’art de cuire le riz, de découper le poisson, de rouler les makis. Selon les demandes, divers autres plats peuvent être envisagés comme des tempuras, des soupes ou encore des desserts traditionnels à base de pâte de haricots rouges (anko).

Des préparations moins compliquées qu’il n’y paraît et avec un peu de pratique, faciles à réaliser pour épater ses convives. Et pour ceux qui n’oseront toujours pas se lancer seuls, ils connaîtront au moins tous les détails de la préparation d’un repas japonais.
À la fin du seminaire incentive, les salariés pourront bien évidemment déguster ce qu’ils auront préparé eux-mêmes.