L’Ikebana, composition de fleurs

Parmi les styles de compositions florales les plus originales, mais également les plus belles figure l’ikebana. Si les Occidentaux dans leur composition priment sur la forme en choisissant de nombreuses fleurs aux couleurs chatoyantes, comme on peut le constater dans la gamme de bouquets de fleurs proposée par Florajet, les Orientaux ne se départissent jamais de leur principe sur l’équilibre et l’harmonie, que l’on retrouve également dans leur agencement floral.

Origines

L’ikebana, traduit littéralement par l’ «art de faire vivre les fleurs», est l’art traditionnel japonais qui concerne la composition florale. Au VIe siècle, le kyoka, ancêtre de l’ikebana, était des offrandes de fleurs aux dieux bouddhistes dans les temples en Chine. La particularité du kyoka se trouve dans la disposition des branches et fleurs pointées en direction du ciel. Au XVe siècle est apparu le rikka ou tachibana, arrangement floral complexe pratiqué par des initiés.

Les fleurs et plantes utilisées représentaient des éléments de la nature tels qu’un ruisseau ou une roche. Il servait de décoration florale pendant les fêtes et cérémonies. L’ikebana dans sa forme actuelle est également apparu au XVe siècle. Yoshimasa Ashikaga, alors chef militaire japonais, amateur de la simplicité, permettait aux gens de toutes les classes sociales de pratiquer des arrangements floraux. Ces compositions florales aux règles simplifiées servaient de décoration aux constructions que ce chef militaire édifié.

Cet art floral traditionnel a été par la suite de plus en plus simplifié, et ajouté à la cérémonie du thé, le nageire ou le cha-bana. Le moribana est un apparu à la fin du XIXe siècle, avec l’apparition des fleurs occidentales et l’influence occidentale dans le mode de vie des Japonais.

Différents styles

L’ikebana, quel que soit le style utilisé, représente la connexion entre le ciel, la terre et l’humanité. Il n’y a pas que les fleurs qui sont mises en valeur : le vase, les tiges, les feuilles, les bouquets de fleurs, les branches dans leur construction sont mis en valeur dans l’unité de la composition. Le kyoka est actuellement considéré comme un art antique et est de plus en plus rare, aussi bien dans sa confection que dans son apprentissage.

Le rikka et le nageire sont les styles traditionnels. Le rikka est sans doute le plus imposant de tous, sa forme rappelant la montagne. Il est vertical et en hauteur, avec une tige droite au milieu. Il est constitué de neuf branches. Un vase long est nécessaire, ouvert au col. Le nageire ou cha-bana est composé dans un vase long et étroit. Il représente la simplicité à l’état pur, l’inutilité des artifices.

Trois branches principales, placées proportionnellement en fonction de la hauteur du vase, constituent la particularité du nageire. Dans le style moderne, le moribana est le plus répandu. Il symbolise la liberté, liberté de l’imagination, liberté de la nature.