L’épine-vinette

Les cultivateurs n’aiment pas l’épine-vinette qui est la cause de rouille sur les plantes voisines. On trouve donc l’espine-vinette qu’en lisière de forêt ou sur le talus des chemins. Des petites épines à la base de ses rameaux et ses feuilles en forme de vigne lui ont valu ce surnom au Berberis Vulgaris.

Elle est bienfaisante pour les insuffisances du foie et les coliques néphrétiques. Tige et racine, une fois bouillie, servent de colorant jaune pour le coton, le lin et le bois d’ébénisterie. C’est la seconde écorce de la tige qui, macérée puis infusée, guérit des troubles hépatiques et digestifs, soulage le calcul des reins.

Mettez 40 g d’écorces en morceaux macérés à froid dans 1 litre d’eau, puis 20 min en infusion : buver 3 tasses par jour de ce breuvage et vous vous en porterez bien.