L’affacturage, une solution de financement alternative

L’affacturage est la gestion des créances confiées, c’est à dire jusqu’à la relance, le recouvrement et l’encaissement des créances. L’affacturage, c’est aussi une garantie contre l’insolvabilité et le financement sous 24h à 48h des créances confiées dans le cadre d’affacturage. Le marché de l’affacturage est une vrai réalité économique puisque sur l’année 2012, il a représenté plus de 180 milliards de créances factorées au niveau du marché français.

L’affacturage est destiné à chaque entreprises de types différentes. De ce fait les entreprises sont accompagnées à tous stades de leur cycle de vie, de la création à un très fort développement ou voire dans le cadre des opérations de session pour leurs activités en France et à l’international. L’affacturage intervient dans une grande majorité de secteur d’activité tel que le transport, l’industrie ou encore le service.

L’affacturage fonctionne de manière très simple et très souple, lorsque le client émet ses factures une fois ses prestations réalisées, une mention de subrogation est insérée. Cette mention va indiquer au client l’existence d’un tiers pour la gestion des créances. A partir de ceci, ces créances sont transmises par internet à la société d’affacturage et celles-ci vont se créditer sur le compte du client et vont donner un droit à financement. Ce droit à financement sera fréquemment d’environ 90% TTC de la facture.

Le premier avantage de ce procédé est la mise à disposition de trésorerie avec une utilisation de manière flexible et avec une suppression de plafond. L’affacturage répond complètement à la progression de l’entreprise. Le deuxième principal avantage de l’affacturage est l’externalisation de la gestion du poste client qui est un véritable soulagement pour l’entreprise. Il y a donc un détachement des problématiques administratives et parfois pénibles de relance, de recouvrement des clients. Le troisième avantage et qui n’est pas des moindres est la garantie octroyée dans le cadre des contrats d’affacturage contre l’insolvabilité des clients. Il ne faut pas oublier que plus de 25% des dépôts de bilan en France sont dus à un impayer client.

Il y a deux principales sources de coût. La première source est ce que l’on appelle la commission d’affacturage qui correspond généralement à un pourcentage du chiffre d’affaire confié. Et enfin, la deuxième principale source de coût est la commission de financement. Cet commission de financement tout comme un découvert bancaire va correspondre aux frais payés sur les fonds avancés par la société d’affacturage.