L utilite de la grille dAGGIR

L’AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupes Iso-Ressources) a été crée dans les années 90 pour évaluer l’autonomie des senior en établissement et en 1994 elle est utilisée pour la première fois comme le guide d’évaluation dans le cadre de la mise en place de la prestation expérimentale dépendance dans 12 départements consentants. Elle est finalement confirmée en 2001 comme un outil d’évaluation de la dépendance physique et psychique des personnes âgées, qui fond la demande de l’aide de l’APA.

L’APA (Allocation personnalisée d’Autonomie) est un service alloué par le Président du Conseil général pour couvrir vos dépenses d’aide à la vie quotidienne. La somme de cette aide est distribuée en fonctionne du degré de la dépendance et des ressources du demandeur. L’APA ne fait l’objet d’aucun recours sur la succession, donation ou legs du demandeur. Alors, pour recevoir cette aide, le demandeur doit avoir au moins 60 ans, résident français et doit faire l’objet d’un classement GIR 1, 2, 3 et 4.

Aujourd’hui, la grille d’AGGIR est devenue un instrument utilisé par l’ensemble des acteurs institutionnels du domaine de la dépendance. Pour améliorer la maîtrise de cet outil, d’importantes formations ont été effectuées.

La grille d’AGGIR est composée de 6 niveaux et seuls les personnes qui se situent entre les niveaux 1 à 4 peuvent obtenir l’aide de l’APA. Les personnes âgées se trouvant dans le groupe 5 et 6 ne bénéficient pas une aide financière de l’APA car elles sont autonomes dans la réalisation des tâches de la vie courante et ont uniquement un besoin d’aide ponctuelle comme la préparation des repas et le ménage. Les personnes se trouvant dans le niveau 3 et 4, conservent leur autonomie mentale et une autonomie locomotive partielle.
Enfin, les personnes qui se trouvent au niveau 1 et 2, sont des personnes confiner au lit et un mental qui est gravement atteint. Ses personnes reçoivent donc l’aide de l’APA de manière financière et physique.

L’évaluation du degré de perte d’autonomie des seniors se fait sur la base d’un questionnaire qui repose sur 2 variables :

  • 10 variables, différentes, dont 8 sont conservées pour le calcul du GIR : 6 se rapportant à la dépendance physique (AVQ), 2 variables physiques et 2 variables instrumentales qui ne sont pas retenues pour le calcul.
  • Les 10 variables sont complétées par 7 autres AIVQ dite illustratives, appuyant l’évaluation par des critères de contexte nécessaires à la constitution du plan d’aide qui n’entrent pas non plus dans le calcul du GIR.