Quelles sont les étapes pour créer une pièce d’orfèvrerie ?

Travail artisanal, la création d’une pièce d’orfèvrerie demande une grande patience, ainsi que des centaines voire des milliers d’heures de travail. Du croquis à la fabrication à proprement parlé, le professionnel de la joaillerie doit savoir respecter les différentes étapes afin d’obtenir un résultat soigné, en accord avec ses attentes de départ.

La création, première étape pour une œuvre unique

La première étape de la fabrication d’une pièce d’orfèvrerie reste la création. Le joaillier ou le designer matérialise sur papier ou sur ordinateur le bijou de ses rêves. Il réalise des croquis à échelle avant de les modéliser en 3 D. Cette phase de travail demande une grande créativité pour réussir à harmoniser les matériaux et les couleurs. Une fois modélisée, la pièce est ensuite réalisée en cire afin de présenter un prototype concret. A partir de cette étape, le joaillier peut ainsi tester la résistance, la tenue ou encore la forme de la pièce d’orfèvrerie.

Le travail du métal : l’orfèvrerie

Le terme d’orfèvrerie désigne le travail du métal. Plus précisément l’art de fabriquer des objets à l’aide de matériaux aussi précieux que l’or ou l’argent. Plusieurs techniques sont possibles. A titre d’exemple, les Etablissements Barte utilisent notamment celle de la fonte à cire perdue. Ce procédé très ancien consiste à former ce qu’on appelle un arbre de coulée. Placé dans un cylindre en métal rempli de plâtre, on le chauffe au four. Il laisse alors les empreintes des différentes pièces du bijou. Il suffit ensuite d’effectuer à l’intérieur une coulée de métal pour obtenir le bijou souhaité. A ce stade, le joailler dispose de la base de son œuvre, il reste encore à finaliser l’ensemble.

Les finitions d’une pièce d’orfèvrerie

Afin d’obtenir une pièce d’orfèvrerie bien lisse et agréable au toucher, il faut ensuite effectuer un rattrapage de l’objet. Pour cela, il est nettoyé, sablé, puis poli pour obtenir un éclat brillant. Ce n’est qu’une fois cette finition effectuée que le joailler peut procéder au sertissage du bijou si nécessaire. Il s’agit de l’étape la plus difficile de l’ensemble, demandant une grande minutie et une certaine patience.

A l’aide d’outils de précision, il faut loger la pierre précieuse ou non dans sa monture. Pour cela, différentes techniques sont utilisées. Mais dans tous les cas, il est important de faire attention à ne pas trop presser la pierre pour éviter les rayures ou, pire, les cassures.
Enfin, un dernier polissage sera effectué afin de finaliser l’aspect de cette pièce d’orfèvrerie unique.