Quelles sont les différentes méthodes de désherbage ?

Les mauvaises herbes ne sont pas du tout les bienvenues dans notre espace vert. En effet, elles nuisent à l’esthétique de notre jardin ou de notre plantation, c’est pour cela qu’il est indispensable de s’en occuper. Pour les enlever, le jardinier effectue ce qu’on appelle le désherbage qui existe sous différentes méthodes. Nous allons les voir dans la suite de notre article.

Le désherbage manuel

C’est la méthode la plus élémentaire de toutes. Elle se pratique à la main et s’avère efficace vu qu’on va sentir à la main la résistance des racines des mauvaises herbes lorsqu’on s’en débarrasse. Elle a le moindre coût, la technique la plus précise, mais nécessite beaucoup de patience. Elle peut se pratiquer avec un sarcloir, une gouge, une binette, un tire-racine, un couteau ou une pelle à main.

Le désherbage mécanique

C’est une technique utilisant des appareils. Elle peut se pratiquer sur des terrains ayant une grande surface. Elle est plus rapide que le désherbage à mains nues, mais demande une force physique et un coût élevé. Elle donne une apparence propre au risque de nuire à l’écosystème du sol. Elle fait intervenir des appareils tels que le motoculteur ou une tondeuse.

Le désherbage chimique

Il s’agit d’une méthode qui consiste à utiliser des produits appelés herbicides. Elle nécessite des précautions particulières et des préconisations strictes avant d’être pratiquée. Il faut savoir qu’elle ne convient pas au potager. On peut contacter un spécialiste du jardinage pour éviter le risque de surdosage ou la perte des végétaux. Lui seul peut suggérer les types de désherbants qui existent sous forme traditionnelle ou de nouvelle génération.

Le désherbage thermique

Cette technique de désherber les mauvaises herbes s’effectue à l’aide d’un brûleur alimenté par des charges de gaz. On fait promener les flammes sur les adventices. Elle a l’avantage d’être spectaculaire avec son effet immédiat. Elle nécessite très peu d’effort physique. Pourtant elle est onéreuse et nécessite une énergie non renouvelable, et les repousses sont souvent rapides.

Le désherbage à l’eau chaude

C’est un désherbage à l’eau chaude, bouillante ou à la vaporisation. La chaleur de l’eau entraine un éclatement des mauvaises herbes. Elle a un moindre cout, mais a besoin d’être renouvelée fréquemment au moins 3 à 4 fois par an. Elle ne nécessite pas d’effort non plus, elle a un faible impact énergique. On peut utiliser le recyclage des eaux de cuisson, particulièrement les légumes ou les pâtes.

Le désherbage à haute pression

Cette méthode s’effectue avec un nettoyeur à haute pression. Le désherbage se fait avec un jet d’eau très puissant. Elle ne convient pas au désherbage en pleine terre. Elle nécessite beaucoup d’investissement et une consommation d’énergie et d’eau.

Le désherbage maison

C’est le plus utilisé par les jardiniers. Elle consiste à l’emploi de sel de mer, de bicarbonate de soude ou de vinaigre blanc. Elle peut se pratiquer facilement, mais son utilisation se limite à de petites surfaces telles que la terrasse ou le périmètre de l’allée.

Le désherbage par recouvrement

La technique consiste à placer une bâche de paillage pour limiter la repousse des mauvaises herbes. Elle peut être utilisée pour les arbustes ou plantes.