Un homme mort écrasé lors du nettoyage d’une machine

Au sud-ouest de l’Angleterre, un procès est en cours pour déterminer les causes de la mort d’un homme en 2011, écrasé lors du nettoyage d’une machine dans un abattoir.

L’homme, qui avait travaillé dans cette usine pendant environ un an, a été tué sur le coup quand il a été pris au piège entre une plateforme mobile et un bras hydraulique le 18 août 2011.

Un jury a entendu que l’homme de 49 ans avait été retrouvé par un membre du personnel après avoir été coincé dans un extracteur de peau, une machine utilisée pour enlever la peau des carcasses.

Le directeur de l’abattoir a expliqué au jury que deux boutons d’arrêt et un interrupteur sectionneur étaient utilisés pour éteindre l’extracteur avant de commencer le nettoyage. Il a déclaré : « Il a dû avoir une raison délibérée pour le mettre en marche. Je ne sais pas ce que c’était ».

L’abattage prit fin vers 15 heures le jour de l’incident. La victime, M. Roberts, a été vue pour la dernière fois à 16h15 et à 17h15 son corps a été retrouvé par le responsable de la baie de chargement. Celui-ci a expliqué : « Il était affalé sur la cage de la plate-forme. Je lui ai crié ‘quoi de neuf?’ . Il n’a pas répondu, alors je suis allé voir s’il y avait un problème. Il était piégé entre un extracteur et une plateforme mobile. Ses mains étaient bleues. J’ai tout de suite vu qu’il était mort. »

La cour a entendu que les femmes de ménage n’étaient pas censées rallumer les machines mais un des employés a déclaré qu’il rallumait toujours l’extracteur de peau avant de le nettoyer. « Quand je l’allumais, je pouvais laver la machine beaucoup mieux en dessous. Vous n’avez pas besoin de l’allumer, mais je le faisais parce que c’était plus confortable pour moi. »

Cependant, un autre employé qui a formé M. Roberts a déclaré qu’il ne lui avait jamais dit de rallumer l’appareil avant de le nettoyer et qu’il n’était pas au courant que celui-ci l’ait jamais fait : « J’ai dit spécifiquement à M. Roberts que les machines ne doivent pas être allumées. Il ne m’a jamais interrogé à ce sujet ».

Le jury a entendu les femmes de ménages utilisaient des nettoyeurs haute-pression pour désinfecter le matériel et qu’il n’était donc pas toujours possible d’entendre si les machines étaient allumées.

Photo par Cjp24

Une enquête de la direction de la santé et de la sécurité est en cours, mais des changements ont été déjà réalisés à l’abattoir après les recommandations d’inspecteurs. Les interrupteurs sectionneurs sur les machines sont maintenant verrouillés à la fin de la journée, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas être remis en marche. Le garde-fou de la plate-forme mobile sur laquelle M. Roberts se trouvait à l’époque de l’incident a aussi été relevé.

Le jury a entendu que M. Roberts avait été contrarié pendant la journée après quelques plaisanteries de collègues. Un de ses collègues a déclaré que certains des autres membres du personnel « ne savaient pas quand s’arrêter » et que M. Roberts était en colère et avait jeté un couteau avant de quitter le bâtiment temporairement.