Les bâtiments publics et l’amiante : affaire Montparnasse

La tour Montparnasse : ses copropriétaires et leur politique de rénovation

La tour Maine-Montparnasse est un ensemble immobilier parisien géré par plusieurs copropriétaires. Les copropriétaires en question sont soient des groupes d’entreprises, soient des personnes privées. Ils sont près de 300 et leurs domaines de spécialisation sont différents d’un propriétaire à un autre (il y a des architectes, des assureurs, des commerçants, des investisseurs, des particuliers et bien d’autres). Leur principale mission est la bonne gestion de la tour mais aussi le bon fonctionnement de toutes les activités qui s’y déroulent. De la même manière que les travaux de rénovation lancés à Montereau-Fault-Yonne comme cela est indiqué vers www.leparisien.fr, la tour Montparnasse a récemment fait l’objet d’un vaste chantier de rénovation. C’est dans le cadre de la gestion de la tour que les copropriétaires ont initié des travaux de réaménagement des bureaux, de l’éclairage de la tour. Ces derniers ont également lancé et financé les travaux de dépollution de la tour après la découverte des débris d’amiante dans ladite tour, etc.

Les bâtiments publics : Comment bien gérer l’amiante

Pour bien gérer les risques de pollution liés à la présence de l’amiante dans un bâtiment public, les responsables dudit bâtiment doivent faire embaucher une équipe spécialisée en amiante. Cette dernière se chargera de délimiter les zones polluées et d’évaluer le niveau de pollution de celles-ci, toutes ces démarches seront faites dans le cadre d’une opération appelée diagnostic. Après avoir fait le diagnostic, l’équipe de désamianteurs proposera un plan de retrait de l’amiante aux propriétaires du bâtiment à désamianter. Les propriétaires en fonction de leurs moyens et attentes décideront de valider ou de ne pas valider le plan de retrait conçu par les désamianteurs. Pour rappel, le plan de retrait spécifie tout ce qui doit être fait pour le bon déroulement du désamiantage. Il met l’accent sur la durée de l’opération, sur la méthode utilisée pour le désamiantage, les conditions à respecter pour empêcher la propagation de la pollution au-delà des zones polluées. En outre, c’est aussi dans le plan de retrait que les désamianteurs proposent les techniques de gestion des déchets contenant de l’amiante.

Réussite historique du désamiantage : cas de la tour Montparnasse

C’est suite aux risques de pollution liés à la présence de l’amiante dans les locaux de la tour que les propriétaires ont décidé d’initier des opérations de désamiantage. Pour financer les travaux, un vote a été initié, au terme de celui-ci une première somme à hauteur de 300.000 d’euros a été débloquée. Cette somme a permis aux copropriétaires de financer l’opération de diagnostic assurée par une équipe d’experts d’un cabinet spécialisé en amiante. Après avoir fait le diagnostic, le cabinet en amiante a donc proposé un plan de retrait de l’amiante aux copropriétaires. Les copropriétaires ont alors débloqué une nouvelle fois après un vote un fond de 250 millions d’euros pour le financement des opérations de désamiantage. Pour avoir la possibilité de bien comprendre l’état actuel de la dépollution de la tour, consultez cette page. Pour rappel, pendant les travaux de désamiantage, la vitrification a été choisie comme technique pour dépolluer le gratte-ciel. L’état actuel des choses montre que la tour a été désamiantée jusqu’à un niveau de quatre fibres d’amiante dans l’air au lieu de cinq fibres qui est le seul fixé par les autorités.